dimanche 30 septembre 2012

Je garde, je jette : le bilan beauté de septembre 2012

Plus le temps passe, plus je trouve qu’il passe vite. J’ai du mal à croire que cela fait déjà un mois que je suis rentrée de vacances. Et en même temps, j’ai aussi l’impression que ça fait une éternité, pluvieuse en plus l’éternité. Nous voilà ainsi fin septembre et il est donc l’heure du bilan cosmétique du mois.

Bilan très estival puisqu’il est composé de pas mal de produits « vacanciers » et « ensoleillés ». Ils sont revenus dans ma valise pour rendre l’âme peu après la rentrée. Alors combien de cadavres cette fois ? En trichant un peu, j’arrive à mon habituelle moyenne mensuelle : 7. Je garde le rythme, c’est bien. Et parmi, ces 7, il est temps de se poser la traditionnelle question : je garde ou je jette ? Ou plutôt, je rachète ?
 Gel Douche Pêche de Vigne
OUI
Mon gel douche de l’été. Je ne vais pas vous faire un roman car je vous en ai déjà parlé mais ça a donc été le pied olfactif. J’adore son odeur de pêche juteuse, pas du tout artificielle. Je valide donc totalement. Bon, il n’est pas forcément fait pour être un gel douche du quotidien (car on peut considérer son prix un peu élevé pour un gel douche, surtout pour sa petite contenance) mais comme gel douche de vacances, il est parfait.
Douche Nourrissante Vanille de Tahiti, So’ Bio Etic
OUI
Je vous dis souvent que je n’aime pas le bio. Mais ce n’est pas parce que c’est bio que je n’aime pas, c’est parce que souvent les produits verts sont moins sensoriels que les cosmétiques classiques. Et leur parfum ! Ca sent la plante ou les huiles essentielles. Tout ce que je déteste. Je ne suis pas anti bio, je trouve juste ça moins agréable à utiliser donc je préfère faire sans. Mais ce gel douche est plutôt à classer dans le nouveau bio : ça ressemble à un cosmétique classique, ça sent bon comme un cosmétique classique, en fait ça a tout d’un cosmétique classique en apparence sauf qu’il est bio. Et vu comme ça, je dis oui au bio. La prochaine fois, j’ai même envie d’explorer les autres senteurs de la gamme de gels douches So Bio Etic, il y en a quelques unes qui me disent bien.
 Démêlant Renforçateur Arginine Resist, Elsève, L’Oréal Paris
NON
Maintenant que mes cheveux ont repoussé, j’ai de nouveau besoin d’un démêlant hyper costaud pour s’attaquer à mes nœuds récalcitrants. Et celui-ci ne l’est pas assez. Heureusement que j’avais mes brosses Tangle Teezer et Michel Mercier pour m’aider parce que sans elles, je pense que ça aurait été la cata. Mais même comme ça sur moi, il n’était pas hyper efficace. Après, rappelons-nous que sur le sujet, j’ai des standards plutôt hauts, mes cheveux s’emmêlant facilement et les nœuds étant ensuite hyper coriaces. Pour les cheveux moins rebelles, il peut très bien convenir. Pour ce qui est du côté renforçateur de cheveux, comme je ne l’ai utilisé avec aucun autre produit de la gamme, difficile pour lui d’agir vraiment. Et comme un démêlant me fait un mois, difficile aussi de juger. Mais je crois que ça n’a pas changé grand-chose. J’ai l’impression que ma masse de cheveux est de plus en plus fine. J’essaie de ne pas y penser car ça me fait flipper mais faudrait que je me mette aux gélules capillaires je pense.
Solution Micellaire H2O Créaline, Bioderma
OUI
Certes l’Eau Micellaire n’est pas ma routine de démaquillage favorite. Avant de tester la Créaline de Bioderma, j’étais même une totale anti, c’était celle qui arrivait en dernier sur ma liste. Pour moi, c’était ultra inefficace et surtout ça prenait une plombe (le contraire de ce qu’on nous vendait en somme). J’avais juste testé les mauvaises. Je continue à préférer l’huile, mais j’avoue que la paresseuse que je suis se laisse tenter de temps en temps par la facilité et la simplicité d’attraper un coton et hop le démaquillage est fait. Bon, pour moi c’est plutôt 5 cotons, voire plus, surtout quand je mets du fond de teint. Et j’ai descendu le flacon en un mois, ce qui n’est pas hyper économique (et apparemment pas très normal). Donc il y a encore des choses à régler. Mais elle a réussi à redorer le blason de l’eau micellaire comme méthode de démaquillage. Elle est désormais sur le podium et joue des coudes avec la mousse. Et surtout, pour mes prochaines vacances ou quand je suis fatiguée, finie les lingettes, ce sera eau micellaire cette fois. C’est quand même beaucoup mieux pour la peau.
 Shampooing Cheveux et Corps Sun Protect, Schwarzkopf Professional
OUI

En fait, ce n’est pas ce shampooing en particulier que je rachèterais, c’est un shampooing solaire comme un autre, mais le kit de 3 miniatures solaires capillaires dont il fait partie. Elles font dans les 100 ml chacune, assez pour tenir un mois de vacances. Le summum du pratique quoi ! Car quand on y réfléchit bien, ça ne sert pas à grand-chose d’opter pour des full size pour certains produits solaires. Enfin, surtout pour les Parisiennes, pour qui le soleil est une denrée rare auquel on a droit en général 1 semaine par an à Paris + les vacances. Donc avec ces miniatures, on est pile poil bonnes. Elles se terminent avec les vacances, pas de gaspillage, de rab dont on ne sait que faire, qu’on recycle l’année d’après tout en se demandant s’ils sont toujours bons ou qu’on jette carrément. Bon, pour les sudistes qui elles vivent dans un climat normal, c’est autre chose.

Hâlé Simple Corps, Sampar
OUI

C’est marrant comme on peut changer d’avis sur un produit d’une année sur l’autre. Ce soin m’a accompagné tout l’été et pourtant je ne vous en ai pas parlé. C’est que ce n’est pas une nouveauté et je vous en avais déjà parlé l’été dernier. Or je ne voyais pas quoi rajouter. Bien sûr, cette année, il est ressorti reformulé par la marque, avec une formule plus hydratante, mais j’avais quand même l’impression d’avoir tout dit. Je ne voyais pas quoi ajouter à mon avis d’il y a un an : j’aime bien mais pas indispensable. A l’époque, je ne rachetais pas. Ou alors seulement si ma bourse était bien fournie (ou mon banquier généreux). Pourtant, maintenant que je l’ai fini (une nouvelle fois), j’ai légèrement changé d’avis. Je n’y suis pas devenue accro mais presque. Je vous explique.

Pour comprendre, revenons déjà sur le principe de ce soin pour celles qui ne connaissent pas. La pub, que l’on a vu partout cet été, te promettait de bronzer sans sortir de ta salle de bain ou un truc comme ça. En tout cas de bronzer sans soleil. Tout en n’étant pas un autobronzant. Sa formule ne contient pas de DHA (l’actif autobronzant) mais un booster de mélanine. En activant et en faisant monter la mélanine, il donnerait donc des couleurs comme l’annonce le tube. Bon, il y a un hic. Si tu t’attends à avoir un petit hâle avec lui sans soleil, tu seras forcément déçue. En tout cas, dans cette configuration là, sur moi, ça ne marche pas. Mais ça ne veut pas dire que le produit est inefficace. Je trouve juste qu’il est mal marketé, mal vendu. Il est vendu comme pouvant remplacer un autobronzant, ayant exactement la même action sans les inconvénients, te donnant un joli hâle sans que tu aies besoin de partir au soleil. Ce qui est dommage car cela peut entraîner une déception alors qu’il a des atouts et que ce qu’il fait vraiment pourrait aussi bien plaire.

Moi l’utilisation qui m’a pleinement satisfaite nécessite du soleil. En fait, un peu comme les gélules solaires, il faut le prendre pour un préparateur, un activateur et un prolongateur de bronzage. Non comme un produit bronzant en soi mais comme un produit qui booste vraiment le vrai bronzage et te permet de le garder plus longtemps. L’année dernière, j’avais déjà remarqué qu’il permettait au bronzage de tenir plus longtemps. En général, de retour sous le ciel gris parisien, je débronze rapidement. Mais là, j’avais gardé mon hâle plus longtemps que d’habitude. Cette année, j’ai commencé à l’utiliser avant les vacances et continué pendant et je n’ai jamais autant bronzé. Et j’ai adoré cette couleur caramel. Je n’étais pas noire (je n’aime pas non plus quand on est trop bronzé, là c’est moche et je n’ose imaginer ce que ça fait à la peau), juste la parfaite couleur, celle qui te met en valeur et cache les petits défauts de la peau (finie les jambes pourries, elles étaient trop canon !). Me voilà donc devenue accro au bronzage raisonnable.  Et c’est comme ça que ce produit est passé de superflu à indispensable. Car il m’a permis d’obtenir un joli hâle moyen (ce qui est quand même un miracle pour la Blanche Neige que je suis) sans m’exposer trop au soleil (une semaine à Paris et une semaine à la plage).


Mascara Volume Million de Cils, L’Oréal Paris
OUI
Bon, je triche un peu là car j’avais fini ce mascara déjà avant les vacances mais il avait été englouti dans un rangement précipité. Je viens de remettre les mains dessus. Moi qui étais une grande habituée des mascaras de grande marque, et une Dior addict (ces dernières années, je crois que 90% de mes mascaras ont été des Dior), je me suis laissée séduire par ce classique de chez L’Oréal Paris. Bien sûr, ça ne me faisait pas les un million de cils d’Eva Longoria dans la pub (merci Photoshop) mais l’effet était tout de même top sur mes cils. J’avais l’impression d’en avoir plus, qu’ils étaient plus longs et volumineux. Mission accomplie donc. Il m’a même fait lâcher le Dior que j’utilisais alors. Il vous a aussi plu car à l’époque où je l’utilisais vous avez été nombreuses à me demander quel était mon mascara lorsque je vous mettais des photos de mes maquillages des yeux. Comme quoi, les mascaras petit prix en ont aussi dans le ventre. En revanche, si je rachète, c’est le classique et pas le Luminizer. Cette ligne qui décrète que telle couleur est faite pour tels yeux, c’est du total bullshit pour moi. D’ailleurs mon préféré c’était le bleu, « ma » couleur selon moi, alors que selon Luminizer elle est faite pour les yeux bleus. Le marron étant la couleur pour les yeux marron. Cause toujours, tu m’intéresses absolument pas. Je fais ce que j’ai envie avec le make-up.

Et voilà pour ce « je garde, je jette » très estival alors que l’automne est bel est bien là. Celui du mois prochain sera je pense plus de circonstance.

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 28 septembre 2012

Maquillage féérique Paul&Joe Beauté, collection Andy Warhol de Nars, James Bond by OPI : vivement noël !


En ce moment, pour le boulot, je suis en plein dans mes sujets noël. Et donc limite au bord de la déprime. Rien que d’envisager que l’hiver arrive alors que ma tête (et mon corps) voudrait encore être en train de lézarder sur la plage au soleil, c’est pas bon pour le moral. Heureusement, quelques petites collections de maquillage qui sortiront au moment des fêtes sont venues me mettre du baume au cœur. J’en avais déjà repéré certaines, j’en ai découvert d’autres, et j’avais envie de vous faire partager mes trois coups de cœur. Je ne dirais pas qu’elles me donnent envie d’être en hiver mais elles feront passer la pilule plus facilement.

Mon premier gros crush est la collection noël de Paul & Joe. Elle est assez courte mais elle est tellement féerique qu’il sera impossible de ne pas craquer. J’ai notamment totalement fondu en découvrant les photos de la jolie pochette blanche ornée d’une licorne. Je la veux ! Trop belle.

 A l’intérieur on peut notamment trouver une poudre libre dont le boîtier est lui aussi orné d’une licorne. Une trousse qui nous fait retomber en enfance.
Mais le mignon coffret avec ses petites boîtes rondes décorées de mignons animaux lui fait de la concurrence pour apparaître dans notre liste du Père Noël. Moins « girly » mais tout aussi mimi, il fait autant envie (t’as vu, la collection me rend même poète, mauvais poète, mais poète quand même).



Ce coffret est composé de deux fards à paupières (les écureuils) et d’un baume à lèvres (la maman de Bambi). Dans des boîtiers trop chous ! J’adore.

 


Moins choupinou mais qui a tout autant attiré mon œil, la collection Andy Warhol de Nars. Quand j’ai découvert que la marque allait sortir une collection inspirée de ce cultissime artiste américain (dont je suis une fan absolue), j’ai forcément applaudi des deux mains.
Mais la collection allait-elle être à la hauteur ? Moi, je suis séduite en tout cas. J’aime les packagings, les motifs des produits aussi. Sur photo, tout me plait (à voir ensuite en vrai).

Et j’ai forcément un faible pour les fards à l’image de Warhol. Même si j’avoue que si j’en avais un en ma possession, je n’oserais jamais l’utiliser, il est trop beau, je trouverais ça dommage de l’abîmer.

J’aime beaucoup aussi le Coffret de Brillants à Lèvres qui me rappelle par sa forme la célèbre boîte de conserve de Campbell’s Soup et dont les motifs sont très warholiens. Une très jolie collection donc, très inspirée.

Enfin, je suis également intriguée par la collection James Bond d’OPI, pour sa collection de noël la marque s’étant inspirée de 007 à l’occasion de la sortie de Skyfall, le nouvel épisode. Si comme avec Spiderman, a priori, une telle association peut laisser dubitative (James Bond n’évoque pas vraiment un univers féminin), la marque va une nouvelle fois surprendre et séduire.

Car comme avec ses précédentes collections capsules (Spiderman et son vernis craquelé particulier, Minnie et son vernis à cœur), OPI a créée pour l’occasion des vernis à ongles pas comme les autres.

Il y a d’abord The Living Daylights et ses flakies (ou grosses paillettes) de toutes les couleurs.

Mais il y a surtout The Man With The Golden Gun, un vernis avec de la feuille d’or dedans (ce qui va se ressentir sur son prix puisqu’il va tourner autour de 50 €). La folie des vernis continue de plus belle !



Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 27 septembre 2012

Un Vent Glacé souffle sur le maquillage des yeux cet automne avec Nars

Je sais que je n’ai pas encore fini de vous montrer tous les fards qui composent la palette High Society de Nars, mais j’avais envie de lui faire une petite infidélité. J’avais envie de quelque chose d’un peu plus hors des sentiers battus. Car comme on l’a vu, si les teintes de la High Society sont très bien, elles sont aussi plutôt classiques. L’originalité, dans la collection automne de Nars, on la trouve plutôt du côté du Duo d’Ombres à Paupières.

Son petit nom ? Vent Glacé. Et les teintes sont même tellement originales que j’ai presque du mal à les décrire. Moi, je vois une harmonie de verts, clair mais du vert un peu particulier. Ce ne sont pas les verts clairs classiques, citron ou prairie, toussa toussa. Je les décrirais plutôt comme glacés (peut-être à cause du nom, je ne sais pas mais je trouve qu’ils ont un côté hivernal, neigeux, je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire).
Ils sont tous les deux clairs même si celui de droite est un chouïa plus foncé. Enfin, je les vois verts mais la marque ne les décrits pas du tout comme tels. Selon Nars, à gauche, nous avons un Platine et à droite, un Fumée Argentée (moui, moui). Deux noms qui tendraient tout de même à penser que nous sommes dans les gris. Mais alors moi je ne les vois pas du tout gris. Je ne sais pas si c’est mon côté daltonienne d’ailleurs, mais celui de droite, au soleil, je trouve même qu’il a des reflets dorés.


Ces deux fards me laissent donc totalement perplexe. Mais une chose est sûre, ils sont effectivement assez originaux puisque plutôt indescriptibles. Je les trouve aussi très changeants. En tout cas, celui de droite qui est le premier que j’ai testé. Je l’ai d’abord essayé fin août. A ce moment-là, je bossais, donc pour aller vite le matin, je l’ai appliqué seul en l’estompant rapidement et en ajoutant seulement un trait de liner noir. Là, je le voyais vert doré. Limite je voyais même plus du doré que du vert. D’où ma perplexité quand j’ai découvert son nom. Je ne voyais absolument aucun argenté. Mais à ce moment-là, le soleil ne jouait pas à cache-cache avec nous et il y avait une super luminosité.



Premier maquillage flash/ombre/soleil
Le temps a passé sans que je vous en parle, les photos étant bloqués sur mon ordinateur pour cause de panne informatique. Quand j’ai enfin récupéré mon bébé et que j’ai voulu écrire ma note dessus, nouvelle perplexité. Je ne me souvenais plus lequel des deux fards j’avais pris en photo. Les traces de pinceau indiquaient qu’il s’agissait de celui de droite, l’autre étant intact, mais, malgré les preuves, j’avais tout de même de sérieux doutes. Je l’ai donc ressorti pour en être bien sûre. En variant tout de même un chouïa mon maquillage : cette fois, j’ai bien posé le fard de droite en aplat mais j’ai utilisé celui de gauche pour estomper les contours.
Deuxième maquillage, sans flash

Je ne sais pas si c’est cet ajout ou si c’est la lumière différente (on est passé de plein soleil à déluge de pluie) mais je n’arrive pas à croire que ce soit le même. Pourtant si. Mais là, je ne le vois plus avec des reflets dorés, juste totalement vert et plus clair que la dernière fois. Sur le premier essai et sur le swatch, je trouve qu’il tire légèrement sur le kaki, là non. Côté couleur, je le vois même presque de la même teinte que celui de droite. Perplexe, perplexe, je vous dis. Un fard bien versatile donc. Il faut que j’essaye celui de droite pour dissiper totalement mon doute. Même si je sais que j’ai bien utilisé deux fois le même, mon cerveau continue à douter.
Deuxième maquillage, flash
Côté qualité du fard en lui-même, il peut se faire transparent ou plus opaque (je n’utilise pas le mot intense car pour un fard clair, ça ne convient pas forcément mais il sait aussi se faire voir). Bien évidemment, je préfère le porter façon opaque et, pour cela, je l’applique au doigt, je trouve que la couleur prend mieux et plus rapidement qu’au pinceau. Aucune chute à signaler et même s’il est clair, sa tenue est au top (toujours sur ma base MUFE). Même si en général, je préfère les fards intenses, j’aime bien ce duo car il me permet de porter un rouge à lèvres pigmenté sur la bouche, et ça tombe bien, je suis justement in the mood «bouche intense ». Certes, les couleurs sont particulières et certaines trouveront qu’il manque peut-être une couleur intense dans le lot (c’est vrai que les deux couleurs se ressemblent beaucoup et les duos sont en général composés de couleurs complémentaires). Mais finalement, dans le match des nouveautés Nars de la saison, je préfère ce duo Vent Glacé au trio High Society.

Et vous, vous les voyez de quelle couleur ces deux fards ? Et les spécialistes de Nars, vous trouvez pas que ces deux verts ressemblent à celui du Duo vert/violet Habanera de la marque, où le vert est d’ailleurs décrit comme un Menthe Givrée ? Et qui quand je l’avais pris en photo pour le blog il y a un bail était d’ailleurs ressorti limite argenté sur les photos ?
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 26 septembre 2012

Front Cover, je dis oui au maquillage fashion et quali à petit prix


Quand la marque de maquillage Front Cover est arrivée chez Sephora, ça m’a tout de suite titillé. Le pitch de cette marque anglaise semblait séduisant, « du maquillage de qualité qui suit les tendances mode à petit prix », et j’avais bien envie d’essayer. Je la vois un peu comme le New Look (autre marque anglaise) de la beauté : sauf qu’au lieu d’avoir de la mode tendance à petit prix, c’est du make-up. Moi qui suis une grande fan de New Look (c’est vrai, il y a souvent des fringues un peu too much, c’est anglais, mais j’y trouve toujours des trucs top à me mettre sous la dent), allais-je succomber aussi à Front Cover.

Eh bien, le beauty Père Noël semble avoir entendu ma requête puisque est arrivée il y a peu dans ma cheminée l’une des nouveautés de la rentrée de la marque. Et sur ce coup-là, papa nono a été plutôt généreux puisqu’il s’agit d’un énorme coffret de maquillage. La marque est spécialisée dans les coffrets, et certains d’entre eux avaient déjà attiré mon œil, mais celui-ci est juste huge, en nombre de fards et de produits qu’il contient mais aussi en taille. Difficile de voir l’échelle en photo donc pour que tu te rendes compte, je t’ai mis un ELLE par-dessus. Comme tu peux voir, le kit est un chouïa plus grand, dans la longueur et la largeur. Il est même plus grand que le Grazia.

Il faut dire que cette pochette surprise, qui porte le nom de Colour To Go, en contient des surprises. Dedans tu as le choix entre 20 fards à paupières, dans un nuancier assez large (il y en a pour tous les goûts), une base à paupières, un eyeliner, un crayon noir pour les yeux, un mascara double embout, une poudre scintillante (pour les yeux puisque c’est un kit regard mais je pense que tu peux la détourner), trois pinceaux pour les yeux, un taille crayon avec double trou (un pour les crayons normaux, un pour les jumbos, je l’ai déjà adopté celui-ci, trop pratique) et une palette.

 
Car l’ingénuosité de ce kit, c’est que les 20 fards sont clipsables et que tu peux donc insérer les 4 que tu veux dans la palette pour te composer ta palette perso. C’est assez pratique, comme ça tu n’as pas besoin de te trimballer tout le tintouin, qui prend quand même pas mal de place, si tu pars en week end par exemple ou si tu découches. Tu glisses alors juste tes préférés dans la palette qui contient également un pinceau à double embout. Un kit assez complet donc et versatile. C’est bien certes mais ce n’est qu’un début. Car si l’idée est bonne, la qualité suit-elle ? A mes pinceaux, prête, test.

 
Bon, pour l’instant, je commence tout juste à utiliser les fards, je n’ai pas testé toutes les couleurs, donc je ne me prononcerais pas sur la qualité du kit entier. Mais commençons petit à petit. Pour cette première, j’ai évidemment débuté par le bleu nuit (le 2 è sur la 4 è ligne en partant de la gauche, de son petit nom Birdwing). J’ai hésité avec le turquoise Summer Sea mais j’avais envie d’un maquillage moins flashy. Ce sont des fards baked, qui peuvent donc être utilisés à sec ou humidifiés, mais cette fois, j’ai commencé par du sec.

J’ai appliqué le fard sur toute la paupière mobile puis j’ai dégradé les contours avec le blanc Diamond Tear (le 1er sur la 1ère ligne). J’ai ensuite fait un retour avec le bleu au ras de cil inférieur. Puis entouré mon regard avec le crayon noir. (Pour la base à paupières, en revanche, c’est mal, je n’ai pas poussé le test jusqu’au bout en utilisant celle du kit mais ma MUFE. Je viens de l’ouvrir et je n’avais pas envie d’en ouvrir une autre, surtout que j’en ai 2 autres d’Urban Decay pas finies. Pareil pour le mascara, c’est le mien, pas celui du kit).

 
Au vu du résultat, on peut dire que ce premier test était plutôt réussi, non ? Même utilisé sec, le fard bleu est assez intense et même le blanc se voit alors qu’en général, les blancs sont souvent transparents. Le bleu est plutôt lumineux avec un fini un peu nacré/irisé, ce qui est plutôt pas mal. Niveau application, il m’a fallu quelques coups de pinceaux pour arriver à cette intensité mais ça reste raisonnable, le fard est plutôt bien pigmenté. Et bonne surprise, il ne fait pas trop de chutes (c’est bien ça). Niveau facilité d’application et de travail, on est dans la bonne moyenne. Le crayon est bien aussi. Un peu gras donc assez confortable à la pose et il marque plutôt bien la muqueuse (même si comme toujours dans cette zone, la tenue n’est jamais idéale). En revanche, je ne suis pas fan des pinceaux, trop mous, pour ce maquillage, j’ai utilisé les miens.

Mais pour ce premier essai, le bilan est assez positif. Surtout que la palette est à 40 €. Ca fait 2 € le fard qui a l’air de qualité (on verra si ça se confirme, je vais tenter aussi de les utiliser humidifiés voir ce que ça donne). Et le reste c’est cadeau en somme. Plutôt pas mal ! En fait, le seul hic, c’est qu’elle est quand même géante donc compliquée à ranger. Quand t’as pas beaucoup de place ou comme moi que c’est déjà le bordel cosmétique, pas facile de lui trouver son coin. Pas pratique non plus de la manier pendant que tu te maquilles. Parce que honte à moi, pour cette première utilisation, je ne suis pas arrivée à déclipser les fards. J’ai l’impression, après en avoir eu plusieurs en mains, que selon les palettes, ils sont plus ou moins bien enfoncés et sur la mienne, ils sont coriaces. Alors que sur d’autres, une pichenette et ça y est. Ou ce sont encore mes deux mains gauches qui me jouent des tours.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 25 septembre 2012

Review des nouvelles Ombres Minérales de Clarins

Depuis déjà quelques saisons, Clarins fait peau neuve côté maquillage. Je trouve qu’avec ses derniers lancements, la marque est montée en gamme. Les packagings sont nettement plus chic, les produits toujours autant qualitatifs et en constante amélioration. Il y a notamment eu les Rouge Prodige dont je suis fan, les Gloss Prodige qui ont failli me convertir au gloss, les palettes des 4 fards à paupières aussi, très sympas. Et j’en oublie.

Clarins continue aujourd’hui sa mue avec les fards à paupières mono. Il y avait déjà une gamme de fards à paupières assez complète. Elle va désormais cohabiter avec une nouvelle ligne, les Ombres Minérales Fards à Paupières, dignes filles des palettes Ombres Minérales 4 Couleurs. D’ailleurs, niveau look, on voit qu’on est dans la même famille car on retrouve l’élégant packaging carré et doré avec un petit C sur le côté des palettes, mais en version mini cette fois. J’aime beaucoup ce packaging qu’on retrouve aussi sur les Blush, les Rouge ou les Gloss Prodige. Il est super élégant, plus même que certains boîtiers de marques de luxe (il salit juste vite car il marque un peu).

Pour le lancement de cette nouvelle gamme, qui est la star du look automne de la marque, Clarins n’a pas fait les choses à moitié puisque 16 nouvelles teintes ont été créées d’un coup. On a le choix. Moi, j’ai eu notamment la teinte 13 Dark Chocolate. Un marron donc. Certes, pas ma couleur favorite, on est d’accord. Mais je suis dans une période où j’essaie de m’ouvrir à de nouveaux horizons alors je me suis lancée en essayant de n’avoir aucun a priori. Et puis j’étais curieuse : qu’allait nous apporter cette nouvelle gamme ?

 
Selon la marque, ces ombres minérales donnent « une couleur pure et longue tenue ». Elles peuvent également être utilisées à sec ou avec un pinceau humidifié. Enfin, dans les 16 teintes existantes, on a le droit à différents finis : mat, nacré, satiné. Mon marron à moi est un irisé. Et il est surtout très lumineux (à noter, car ce n’est pas toujours le cas pour les bruns foncés), car il est constellé de nacres dorées. D’ailleurs, il a comme des reflets dorés, j’aime beaucoup, et à l’estompage, le brun laisse presque place à l’or (bon, ça ne se voit pas trop, mon appareil ne captant pas bien les contrastes). Pour accentuer cet effet, on peut l'estomper avec un fard doré. Ou même l'associer à du doré tout simplement pour un maquillage plus sophistiqué. Je me suis abstenue là car c'était un jour où je ne portais pas mes lentilles et je ne voulais pas me lancer dans de grandes opérations à l'aveugle mais mélangé à du doré, ça doit être une combinaison très sympa. En tout cas, il est très joli (pour un marron). Et puis, ça a l’avantage d’éclairer le regard alors que je trouve que les marrons/bruns/chocolats sont souvent tristes.
J’ai utilisé le fard à sec mais même comme ça, il est super intense. Souvent les fards qui peuvent s’utiliser secs ou humides laissent à désirer au niveau de l’intensité utilisés secs. Ils sont plus transparents et ne se font intenses qu’humides. Là, non, il est bien pigmenté et je n’ai pas eu besoin de m’acharner pour arriver à ce résultat. Il est ainsi facile à appliquer, mais aussi à estomper car sa texture est toute douce et glisse bien sur la paupière. Et last but not least : il fait très peut de chutes. Je ne me prononcerais pas encore sur toute cette nouvelle gamme mais en tout cas, au vu de ce premier test, elle est assez prometteuse.

Pour le prix, on est à 22 € contre 16 €  pour la gamme de monos classiques. C'est un peu le revers de la montée en gamme, le prix monte aussi.


Rendez-vous sur Hellocoton !