mercredi 30 juin 2010

Complètement sold out

Epuisée après une journée à faire les soldes, tout ça pour rentrer quasi bredouille. C’est moi ou ce n’est vraiment plus ce que c’était. Des magasins où c’est encore plus le bordel que dans une friperie, plus de fringues par terre que sur les portants, du monde par-dessus la tête, des gens qui sentent pas bon (ok, il fait chaud mais les douches et le déo, c’est pas pour les chiens, surtout quand il fait 40° dehors. J’ai failli mourir d’asphyxie dans une cabine d’essayage. Je ne suis pas une hygiéniste intégriste mais il y a des limites, celles de devoir passer la journée en apnée pour ne pas succomber pour cause de puanteur aigüe). En résumé, ce premier jour de soldes se rapproche selon moi de ce à quoi l’enfer doit ressembler.

Bon, c’est aussi ma faute. Je suis allée au Forum des Halles, un des pires spots qui soit en cette période. Oui, mais c’est là qu’il y a ma boutique préférée, celle de Jean Charles de Castelbajac. Et dans cette cave aux trésors, j’ai déniché une petite merveille de robe. Je sais, elle est un peu particulière, peu de gens doivent aimer, mais moi j’adooooooooooooore. Trop mignonne. Oui, je suis une incurable addict.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 29 juin 2010

Un mignon coffret de voyage Roger & Gallet

Il y a quelque temps, je vous avait fait part de mon véritable coup de coeur pour la nouvelle gamme Roger&Gallet (ici), Amande Persane, composée notamment d’une Eau Fraîche Parfumée, d’un gel douche, d’un lait pour le corps. J’avais vraiment craqué sur cette gamme à sa sortie et depuis, j’utilise les trois produits cités très régulièrement. Et plus ça va, plus je les aime. La fragrance est vraiment délicieuse et, si vous aimez l’amande, vous ne pouvez que fondre. Moi qui ne mettais plus de parfum depuis longtemps, je m’y suis remise avec cette eau fraîche gourmande.

Alors lorsque j’ai vu que la marque sortait de mignons petits coffrets de voyage, forcément, j’ai craqué. Mais bon, ce n’est absolument pas un craquage futile, en cette période de longs week-ends et de vacances, ces miniatures contribuent à diminuer le poids de mes bagages et donc celui que je fais peser sur mes épaules et mon dos. Pour résumer, c’est un produit anti-scoliose, limite d’utilité publique et bon pour la santé. Le coffret est composé d’un lait pour le corps de 50 ml, d’un gel bain douche de 50 ml et d’un adorable petit savon de 25 g. Et surtout, surtout, il ne coûte QUE 7,90 €. C’est moi ou c’est vraiment pas cher ? Surtout que pour des flacons voyage, ce sont quand même de bonnes doses. Je suis souvent choquée par les prix prohibitifs de certains produits tout simple mais là je suis choquée (dans le bon sens) par le pas cher de ce coffret qui est quand même vachement sympa. J’ai même dû relire le prix deux/trois fois, persuadée que je m’étais trompée. Mais on ne va pas se plaindre, au contraire. Ce serait bien qu’il y en ait qui s’inspire.

Pour les addicts de Roger&Gallet, le coffret voyage existe aussi pour les gammes Rose, Cédrat et Bois d’Orange. Et en même temps, la marque lance des miniatures de 30 ml de ses eaux parfumées (15,60 €). Idéal aussi pour le voyage ou pour découvrir ces fragrances pour celles qui ne connaissent pas. Encore une fois, j’ai cédé à l’appel du mini et mimi, mais je ne regrette pas.
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 28 juin 2010

J'ai testé et aimé le nouveau fond de teint Bobbi Brown

Jusqu’ici, pour les fonds de teint, je naviguais entre Clinique, Vichy ou La Roche Posay. Parce que même si je n’ai pas la peau grasse, elle est souvent sujette aux imperfections. Et pour l’instant, ce sont les meilleures marques que j’ai testées sur ces problématiques. Mais mon fond de teint Clinique ayant rendu l’âme il y a peu, il me fallait donc lui trouver un remplaçant. Et après un détour plutôt désastreux du côté de chez MAC, je me suis dit qu’il serait peut être temps de faire un tour du côté de la reine du teint.

Qui ? Mais si, allez, vous devez savoir de qui je parle. Bien vu toi là-bas au fond, il s’agit bien de Bobbi Brown, prêtresse du nude et goddess du teint. Et pour la beauty addict que je suis, c’est vraiment honteux de ne pas encore avoir vraiment testé l’un des basiques de la marque. Bon, ce n’est pas tout à fait vrai. J’avais essayé une fois un de leur fond de teint mais ma peau ne se sentait pas à l’aise, j’avais l’impression de graisser. Cette fois, j’ai donc choisi une chaussure à mon pied en optant pour le nouveau fond de teint longue tenue de la marque spécial peaux grasses : Natural Finish Long Lasting Foundation SPF 15. Et là, ça a été le coup de foudre immédiat. C’est un fond de teint fluide dans un flacon en verre et je l’adoooooooore.

Déjà, il s’applique avec une telle facilité que ça ne pouvait que me séduire. J’ai un peu la phobie des tâches et avec certains fonds de teint, j’ai l’impression après l’application que je suis plus foncée à certains endroits que d’autres. Ca peut me perturber totalement ma routine beauté du matin car je vais en mettre, en remettre, en enlever, rajouter de la poudre et même parfois démaquiller et recommencer tout. Le tout parfois en vain, puisqu’il ne s’agit souvent que d’une impression. Mais pas de tout ça ici, le teint est tout de suite uniforme. Je pense que cela tient aussi au fait que, presque pour la première fois, la couleur me convient vraiment. Trouver sa couleur de fond de teint cela relève parfois du miracle et depuis celui-ci je commence à me dire que j’ai toujours utilisé des plus foncés ou des trop clairs.


Mon teint est donc unifié mais également plus velouté et lumineux. Et surtout, le fini est naturel. On ne voit pas qu’on a du fond de teint. Ca ne camoufle pas totalement les rougeurs et les imperfections mais ça les diminue. De toute façon, de tous les fonds de teint testés jusqu’ici (et il y en a eu) aucun ne m’a camouflé mes petites cicatrices rouges laissées par des boutons. Même avec du vert en dessous et du make-up camouflant par-dessus, elles se voient toujours. Mais il y a bien une amélioration. C’est assez difficile à décrire car c’est presque infime et pourtant la différence de rendu avec les autres fonds de teint est énorme. J’ai l’impression que ma peau est plus belle (alors qu’avec certains produits, ben quand t’as une peau de merde, ça se voit). Et puis, comme il a été spécifiquement formulé pour les peaux grasses à mixtes, il ne contient ni huiles ni corps gras, donc rien qui pourrait potentiellement nourrir la calculette qui me sert de menton. Il est également censé absorber le sébum pour rééquilibrer la peau et effectivement, depuis que je l’utilise, je ne me poudre plus après l’application de fond de teint ni me repoudre pendant la journée (la promesse de longue tenue est donc bien tenue).

Donc oui, je l’aime. Le seul bémol : son prix, 40 €. Malheureusement on ne peut pas toutes se le permettre même s’il devrait être déclaré produit d’utilité publique.
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 25 juin 2010

De la non glamouritude du brossage de dents

Avant d’aller faire mon sac et terminer mes préparatifs beauté pour ce week end (masque éclat visage, masque contour de l’œil, pose de vernis sur les mains et les pieds, etc), je voulais évoquer un sujet totalement polémique qui m’a frappé ce matin : la non glamouritude du brossage de dents. Oui, bon, polémique, j’exagère comme d’habitude. Mais c’est quand même un geste beauté (pour moi c’est autant de l’hygiène que de la beauté) essentiel pendant lequel on est quand même hyper moches. Remarque, ce n’est pas le seul. D’ici cinq minutes, quand j’aurais mon masque sur le visage, je ne serais pas non plus au top de ma glamour attitude.

Mais revenons à nos moutons. En matière de dents, je suis une obsédée de la blancheur. Même si ce n’est pas forcément le cas, je me vois avec les dents jaunes. Je ne suis pas encore passée par l’étape blanchiment chez le dentiste ou à la maison mais je n’achète que des dentifrices blancheur. Même si, honnêtement, je ne vois pas vraiment de différences avec les normaux. Mon tube s’étant terminé cette semaine, je pars donc à la supérette du coin en urgence pour le remplacer. Là, n’ayant que le choix entre un bio (déjà tenté, c’était l’horreur, mes dents étaient plus sales après le lavage) et le nouveau Signal White Now, j’opte pour ce dernier. Ce tube bleu flashy futuriste ne me rassure pas vraiment mais ce n’est pas comme si j’avais le choix.


Premier constat à l’essayage, la pâte est aussi bleue futuriste. Ok, bizarre et pas forcément rassurant mais allons y. Et là, je me retrouve avec la bouche d’un schtroumpf, totalement ridicule et anti-glamour à mort. Et je me dis qu’il va désormais falloir penser à fermer à clé la porte de la salle de bain pendant que je me brosse les dents quand quelqu’un sera dans le périmètre parce que je ne veux pour rien au monde qu’il y ait un témoin de ça. En règle générale, c’est déjà pas glorieux. J’admire d’ailleurs celles qui se lavent les dents en dehors de la salle de bains. Moi, je dois rester au dessus du lavabo parce qu’avec moi ça mousse beaucoup et ça bave (toujours pas glamour je sais mais on est entre nous). Mais là, mon lavabo était carrément tout bleu. C’était l’attaque du blue men group. Je suis méchante parce que le dentifrice en lui-même est plutôt bien (le goût n’est pas horrible et il lave, au moins) mais il faudrait vraiment qu’on invente une solution pour un lavage de dents où l’on ne perdrait pas sa sexy attitude. Je me demande d’ailleurs à quoi ressemble Dita Von Teese dans cette situation.

Allez, c’était la note débile avant de vous abandonner pendant deux jours.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 24 juin 2010

Le coiffeur, ça c'est fait

Après des mois d’atermoiements, ça y est j’ai tout coupé. Il était temps en même temps, mes cheveux ne ressemblaient plus à rien et donc moi non plus. La peur du coiffeur m’a fait retarder ce passage obligé le plus longtemps possible mais là, je ne pouvais plus reporter.


Et finalement, après ce coup de ciseaux, je me sens beaucoup mieux. J’adore le résultat, un dégradé aux épaules et une mèche-frange enfin de la longueur que je voulais. Parce que d’habitude, c’est l’enfer pour avoir ce que je veux, les coiffeurs successifs que j’ai essayés refusant quasi systématiquement de me la couper aussi court que ce que je demande. Je me retrouve toujours avec une mèche trop longue à mon goût, donc je recoupe sitôt arrivé chez moi et c’est souvent la catastrophe. Là, non, c’est top. Et si j’ai envie, je peux même la coiffer en frange. J’adore. Ca fait quand même du bien. On oublie trop souvent qu’un passage chez le coiffeur n’est pas toujours une torture mais peut être une réussite. Je me sens tout d’un coup plus jolie et mieux dans ma peau. En plus, j’en ai profité pour faire une colo (Essencity de Schwarzkopf) pour cacher mes cheveux blancs et mes racines et illuminer mes cheveux.


Je vous ai fait de magnifiques photos artistiques  (non, ce n’est pas flou, c’est de l’art. Enfin, c’est surtout que ma tête en fin de journée avec des cheveux partout sur le visage et le maquillage qui a coulé ne pouvait supporter sans dégâts des photos nettes).
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 23 juin 2010

Maquillage vert et noir

Inspirée par mon make-up Flipside d’UD/noir de la semaine dernière que je trouvais très réussi, j’ai décidé de faire une variation aujourd’hui. Ma robe étant noire avec une grosse fleur verte, je me suis dit que je remplacerais bien le flipside (qui n’est donc apparemment pas vert mais turquoise) par du vrai vert, avec du noir en externe.

L’occasion de ressortir l’Ombre Stretch Infinite Green de Bourjois sur laquelle j’avais vraiment craqué il n’y a pas longtemps. Je l’ai appliquée sur toute la paupière mobile avec un pinceau plat et pas le mini pinceau fourni cette fois. Eh bien, je re-re-confirme, elle s’applique hyper facilement et accroche vraiment bien à la paupière. Autant avec le mini pinceau, j’avais dû en rajouter plusieurs fois, autant avec un vrai, un seul passage suffit. Donc je re-recommande ces ombres, mais plutôt les pigmentées vertes/bleues/violettes qui sont donc celles de meilleure qualité, les autres ayant apparemment posé des problèmes à plusieurs beauty addicts. Ca vaut presque les UD.


Petite variation pour le noir, toujours celui de Stila, j’en ai mis moins que la dernière fois sur le coin externe avec un pinceau peintre. Comme il fait vraiment beau, je voulais que le noir soit moins présent. J’en ai mis également dans le pli de la paupière et j’ai estompé. Puis j’ai fait un retour avec les deux couleurs au ras des cils inférieurs et j’ai peaufiné avec un trait d’eyeliner vite fait et du khôl dans les muqueuses. Même principe donc qu’avec le flipside mais, au final, ça me plait beaucoup moins que la dernière fois. Je trouve ça trop foncé. Le flashy du flipside illuminait le maquillage et là, je trouve que ça manque. Déçue donc. C’est joli mais sans plus. Pas assez tape-à-l’œil en fait.



Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 22 juin 2010

Un easy liner

Avis aux nulles de l’eyeliner, comme moi, L’Oréal vient de sortir une nouveauté entre feutre et liner normal qui va vous faciliter la tâche. Je crois que je n’ai jamais fait un trait aussi vite et surtout aussi net et précis (photo pourries à l’appui : sans flash, c’est censé être le trait fin, et donc un peu moins bien, avec flash, le trait épais).

L’objet de mon étonnement : le Super Liner Duo, un eyeliner avec une plume 2 en 1 (12,50 €). Car, en fait, le concept, ce n’est pas du tout l’eyeliner pour les nulles. Ca, c’est moi qui ai constaté en le testant qu’il me rendait la vie beaucoup plus facile. Non, le concept, c’est : une plume qui est plus large sur un de ses côtés, ce qui permet de faire un trait fin ou un plus épais selon le côté choisi pour l’application. Selon nos envies, on peut donc opter pour un look naturel ou plus Amy Winehouse.

Comme beaucoup de filles, le trait d’eyeliner, j’ai du mal, beaucoup à cause de mes mains tremblotantes, symptôme d’un Parkinson précoce j’en suis persuadée. Donc les eyeliners normaux, j’ai laissé tomber, l’applicateur est trop mou et comme j’ai la main lourde, j’en mets partout. Je sais que les textures gel et crème sont le summum pour avoir un superbe trait bien dessiné mais j’ai encore du mal avec le pinceau (note à moi-même : tester le biseauté). Je me suis donc rabattue sur le feutre. Là, ça va à peu près, même si pour avoir un trait précis, il faut qu’il soit épais. Fin je n’y arrive pas. Et surtout, impossible de faire une virgule digne de ce nom, et surtout identique sur les deux yeux. J’en suis même venue à me demander si ce n’était pas un problème d’œil malformé.



Et puis là, j’ai réussi en un seul geste. Enfin, avec la mine épaisse. Avec le côté de la mine fine, qui est légèrement plus mou, j’ai dû repasser dessus et finalement faire un trait épais. (Photo pourries à l’appui : sans flash, c’est censé être le trait fin, donc un peu moins bien, avec flash, le trait épais. Le tout exécuté sans lentilles, ce qui est plutôt pas mal considérant ma vision de taupe).Mais même comme ça, ça m’a prix beaucoup moins de temps que d’habitude. Donc même si ce n’est pas l’eyeliner parfait, qu’il n’arrive bien évidemment pas à la cheville des gels, ça me suffit pour l’adopter. Les jours où je suis pressée, il sera très utile et cela m’évitera de me rabattre sur mon khôl.
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 21 juin 2010

Un vernis qui vaut de l'or... ou pas

J’ai tenté la manucure gold ce week-end avec le Bling Dinasty de la collection Hong Kong d’OPI. Je me disais qu’avec ma pochette dorée pour mon mariage cette semaine, cela pourrait faire un match parfait. Mais en fait, je ne suis pas fan du tout. Je pense que je vais m’en tenir au classique rouge sur les ongles des mains, toujours glamour, et au bleu satin de Chanel sur les orteils en rappel de ma robe. Parce que là, j’ai l’impression d’avoir du caca d’oie au bout des doigts.

En même temps, je suis partiale, je n’ai jamais aimé le doré ou l’argenté en couleur de vernis. Je ne trouve pas ça très joli porté, pas féminin. C’est trop intergalactique pour moi.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 20 juin 2010

Nopeg, une boutique bio pas comme les autres + démaquillant top

Lundi dernier, j’étais invitée à la boutique Nopeg lors d’une journée blogueuses destinée à nous faire découvrir le lieu et les différents ateliers proposés. Ce n’était pas ma première visite. J’avais découvert le lieu lors de son ouverture en octobre dernier et j’avais été assez séduite par son concept unique qui lui permettait de se démarquer des autres boutiques de cosméto bio qui ont ouvert à la même époque. Car si elle ressemble à un canard et marche comme un canard, ce n’est pas vraiment un canard. Au rez-de-chaussée, la boutique propose une quinzaine de marques bio et éthiques pour hommes, femmes et enfant, du maquillage et des parfums également bio, des huiles végétales et des eaux florales. Le tout sélectionné soigneusement pour répondre au cahier des charges défini par Frédéric Fabiani, le créateur de Nopeg. On y trouve des marques phares comme Patyka ou Dr Hauschka, des plus pointues ou des jeunes pousses comme Aïny ou la gamme de soins pour hommes 66°30.

Au premier étage, on trouve ensuite l’espace consacré aux huiles essentielles et en montant encore quelques marches, on se retrouve dans le coin bien-être avec deux cabines de soins Clé des Champs où se faire papouiller. Ce qui différencie aussi Nopeg de ses copines ce sont les ateliers régulièrement organisés dans la boutique : studio de maquillage avec cours pour apprendre à se faire belle, séance de réflexologie avec massage des pieds, atelier aroma pour s’initier à l’aromathérapie ou possibilité de rencontrer l’aromathérapeute pour une consultation personnelle. Et puis il y a le lifting du visage par acupuncture. J’avais la possibilité de tester la technique ce jour-là mais j’ai fait ma poule mouillée et je me suis dégonflée vu que je suis du genre à m’évanouir à la vue d’une aiguille. Je suis tout de même repartie avec un petit cadeau qui m’a enchantée : la Gelée lactée Démaquillante Yeux & Visage Perles de la Plus belle Eau d’Aïny.

Depuis que je n’utilise plus de lingettes pour me démaquiller, je suis devenue une obsédée du démaquillant. Mais je refuse le duo lait/lotion, peut-être mieux adapté à la peau mais tellement ennuyeux et long. Je veux du rapide, du facile à utiliser et de l’étonnement. Et après mon huile DHC qui se transforme en lait et ma mousse miraculeuse 7Herbs qui neutralise les impuretés en 30 secondes, ce produit a rapidement trouvé sa place dans ma salle de bain. C’est une gelée transparente à appliquer sur visage humide et qui se transforme en lait au contact de l’eau. Ok, ce n’est pas la première, mais je n’y peux rien, j’ai un faible pour les cosmétiques qui évoluent, il y a comme de la magie dedans et je suis éblouie à chaque fois. On masse donc cette gelée lait sur le visage et les yeux (j’ai testé, ça ne pique pas) quelques instants et on rince. Et voilà, on a fait sa fête au make-up en un rien de temps. Bon, côté odeur, ça sent le bio et la plante, donc petit bémol pour moi, mais l’odeur s’estompe après la transformation en lait. Et le tube n’étant pas trop volumineux, elle sera parfaite pour emporter cette été (100 ml, 26 €).

Nopeg, 69 rue d’Argout, Paris 2ème.
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 18 juin 2010

Flipside d'UD, je t'aime d'amour

C’est l’un de mes fards préférés et pourtant je ne vous avais jamais fait de make-up avec. Il était donc temps. Son nom : Flipside d’Urban Decay. Je l’adore. Ca a été mon premier fard à paupières flashy. Celui qui, il y a trois ans, m’a fait basculer du côté flashy de la force. D’ailleurs, c’est à lui que tous les bleus et turquoises que je possède doivent la vie. Pourtant, même si pour certaines, c’est une teinte bleue turquoise également, moi je le vois plutôt vert. Pas vert pur, mais vert quand même.




Comme le temps est toujours aussi pluvieux sur Paris, je n’ai pas voulu l’appliquer en aplat tout seul, trop festif pour le gris du ciel. Je l’ai donc calmé avec un noir de la palette parlante de Stila. Très vieille palette mais que j’adore également. Il y a quatre fards pour se faire un smoky et en hiver, je l’utilise presque tous les jours, les ombres étant de super bonne qualité. Pressée comme d’habitude, (j’ai la maladie d’être toujours en retard), j’ai fait un maquillage très simple. Flipside sur quasi toute la paupière mobile et le noir sur le coin externe et remonté un peu dans le pli. Puis j’ai fait un retour avec les deux couleurs au ras des cils inférieurs.




J’ai failli laisser comme ça, mais comme je suis encore incapable de sortir sans un trait de noir au ras des cils, j’ai rajouté un fin trait d’eyeliner en haut, et du khôl dans les muqueuses.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 16 juin 2010

Quel maquillage pour un mariage ? Help wanted !

Les filles, j’ai besoin de vos conseils et de votre imagination. Le week end prochain, je suis invitée à un mariage et je n’ai pas encore décidé quel make-up porter. Forcément, ça me turlupine un peu. Au début, je voulais faire ma bouche rouge glamour avec un gros trait d’eyeliner, inspiration femme fatale des années 40. Mais dans ce scénario, je portais aussi une robe rouge. Or j’ai eu beau faire un nombre incalculable de magasins, impossible de trouver la robe de mes rêves. Apparemment, le rouge n’est pas la couleur de l’été. Je me suis donc rabattue sur une autre de mes couleurs, le bleu of course. La robe ne casse pas des briques mais c’est la plus jolie que j’ai trouvé et qui m’aille surtout. Mais avec cette couleur, l’hypothèse rouge tombe un peu à l’eau. Surtout que je compte la porter avec une pochette dorée et les trois teinte ensemble ne se marieraient pas très bien je pense.

Donc retour à la case départ. Avec quoi la porter. L’ancienne moi ne se poserait même pas la question et opterait pour son bleu YSL en monochrome, point barre (enfin, il faudrait déjà que je le retrouve pour ça). Ses autres bleus étant peut-être trop flashy pour l’occasion. Mais à force de vous fréquenter, la nouvelle moi a envie de quelque chose d’un peu plus sophistiqué. Donc, si vous avez des idées, je suis preneuse. Vous pouvez me les suggérer juste en commentaire ou m’envoyer des photos aussi s’il vous en prend l’envie. Ce sera peut-être plus facile à reproduire. Vous gagnez quoi ? La gloire éternelle de voir votre chef d’œuvre porté et se retrouver sur les wedding pictures d’une totale inconnu. (oui, pour l’instant, je suis encore trop paresseuse pour faire un concours, le temps me manquant pour en organiser un dans les règles de l’art). Mais la gloire éternelle c’est déjà pas mal. Et puis si ça vous dit et si j’ai assez de photos, je pourrais les publier ici.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 15 juin 2010

Justin Timberlake et moi

En rouge sur mon agenda aujourd’hui : 13h, déjeuner avec Justin. Pourquoi en rouge ? Parce que le Justin en question, il est peut-être légèrement connu. Bon, légèrement hein, limite star internationale, mais à peine. (Allez, c’est ma minute je me la pète, vous pouvez me lancer des pierres virtuelles pour me remettre à ma place et après promis, je me calme). Justiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin. Groupie, sors de ce corps !


Plus sérieusement, Justin était à Paris pour la présentation du nouveau parfum féminin de Givenchy. Pourquoi lui pour un parfum féminin ? Vous comprendrez lors de la sortie de la fragrance fin août, moi j’en ai déjà trop dit. En tout cas, j’ai eu la chance d’être dans un petit coin de la salle et c’était un moment plutôt sympa. Les filles et le garçon présents avons attendu dans l’effervescence. Et puis au moment où il est apparu, ça a été l’excitation générale. Là, il y a eu des jetés de corps pour être la mieux placée et avoir la meilleure photo. Et pourquoi se faire remarquer pour un coup de foudre évident et à la poubelle Jessica Biel, à nous la vie de star. Evidemment, écoutage bouche bée de la moindre de ses paroles et rires à gorge déployée à la moindre de ses blagues (enfin, tu te dis que c’est des blagues puisque tout le monde rigole mais t’es pas sûre, de toute façon t’écoutes pas vraiment, trop occupée à admirer/te mettre dans la position adéquate pour avoir une photo potable sans perdre ta dignité). Le phénomène de retour à l’adolescence général avec rire admiratif et regards énamourés était assez drôle. Sur ce, je m’en retourne bosser car qui ne fout rien au déjeuner, travaille au dîner.

video

En vrai, je ne lui ai absolument pas parlé et je ne l'ai pas approché non plus. Mais quand même, Justiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin. Ok, je me calme et je bois frais.

Petite vidéo où on demande à Justin de prononcer quelques mots en français. Je sais, je suis une vraie cadreuse pro :) Parkinson précoce, je vous l'ai déjà dit^^
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 14 juin 2010

Le gloss pour les yeux : la fausse bonne idée

Je vous ai déjà parlé de mon envie de paupière glossy. Repéré sur les séries photos des magazines, ce regard mouillé me fait de l’œil depuis très longtemps. Mais je n’ai jamais craqué sur un produit spécifique capable de reproduire cet effet (il y a un gloss pour les yeux par exemple chez MUFE) parce que n’étant pas sûre d’aimer, je ne voulais pas shopper un truc spécial pour rien. Je me voyais mal également utiliser un gloss pour les lèvres sur les paupières comme me l’avait conseillé une maquilleuse pro. Je n’en mets déjà pas sur la bouche à cause de la sensation collante, je ne vais donc pas me tartiner la paupière avec.


Et puis Mademoiselle Blush m’a prêté ce Eye Gloss de chez Primark (les Anglais ont vraiment le don pour faire des trucs incroyables). Heureux hasard, il est bleu. Coïncidence assez amusante pour la blue addict que je suis. J’avoue, je ne l’ai pas essayé tout de suite, pas rassurée quand même que j’étais. Et puis cet après-midi, alors que je m’assoupissais devant un match de foot pas follichon, j’ai eu l’envie soudaine de le tester. Je me suis donc badigeonné la paupière avec. J’ai fait du travail grossier sur les contours, comme c’était juste pour le fun, je ne me suis pas pris la tête. J’ai utilisé l’embout mousse du bidule car je ne voulais pas salir un pinceau et ça ne facilite pas la tâche.


Avant

Après

Après test, je me dis que j’ai eu raison de regarder ça de loin jusqu’ici. Je l’ai mis en top coat sur le fard à paupières que je portais et ça me l’a complètement effacé. Pour autant la couleur en elle-même du gloss ne s’applique pas uniformément. J’ai eu beau essayer d’égaliser, c’est toujours plus foncé à certains endroits et quasi transparent à d’autres. Et puis au bout de deux secondes, ça file dans les plis. Mais surtout ça colle un max et la sensation est hyper désagréable. Tu as la paupière lourde comme si tu n’avais pas dormi depuis des jours. En plus, ça ne sèche pas, donc tu as la est collante jusqu’à ce que tu te démaquilles et puis ça se transfère à tout ce que ça touche. Beurk. Expérience ratée donc. Je m’en vais de ce pas retirer cette chose, je me sentirais mieux après.




J’espère que les produits pro sont de meilleure qualité (je pense) et moins désagréables à porter. Dommage pour mon maquillage du jour, réalisé avec la dernière palette Thierry Mugler (du turquoise sur la paupière mobile et du bleu clair dans le pli), c’est le grand sacrifié de cette expérience.
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 13 juin 2010

Un nouveau nail bar et le mystère de la manucure pro

J’ai une énorme fascination pour les manucures pro. Pour moi, l’un des plus grands mystères de l’univers n’est ni le big bang ni de savoir si on descend du singe mais bien de comprendre comment elles font pour faire tenir le vernis sur nos ongles une bonne semaine sans le moindre accroc alors que quand c’est nous qui nous y collons, au bout de deux jours c’est déjà un revival grunge et crado. Moi pas comprendre.

Cette semaine, je suis allée faire un tour dans un Nail Bar qui vient d’ouvrir dans mon quartier. Ca s’appelle Nail Factory et même s’il n’existe que depuis un mois, ça cartonne tellement qu’en plus de celui du 17ème (le mien donc) un autre vient d’ouvrir également dans le 16ème. Il faut dire que cela fonctionne sur le principe de l’abonnement. Si tu prends une carte à 9 € par mois environ, tu peux t’offrir les prestations proposées à un tarif réduit (pose de vernis : 7€, beauté des mains ou des pieds : 16 €, spas des mains ou des pieds : 24 €, pose de faux ongles, french). Ce nail bar à la new yorkaise s’inspire aussi de la grosse pomme côté déco, avec un style épuré mixant béton ciré et meubles industriels. C’était donc l’occasion pour moi de vérifier ma théorie tout en me la jouant Carrie in the City. Bon, c’était un jour de pluie diluvienne donc c’était un peu une Carrie clocharde.

Pour le choix de vernis, Nail Factory propose les best de la marque OPI ainsi que la nouvelle collection. Choix difficile pour moi car, en vraie addict, j’ai déjà presque toutes les couleurs sympas sorties depuis environ deux ans. Et celles que je n’ai pas, c’est que je ne les aime pas. Or, quitte à se faire une manucure hors de chez soi, autant choisir une couleur qu’on n’a pas. Finalement, j’ai opté pour un rose presque fuchsia That’s Hot ! Pink que j’ai découvert ce jour-là et que je trouve d’ailleurs totalement superbe. Malgré les dizaines de roses que je possède, je trouve celui-là particulièrement joli. Il est légèrement flashy mais ne fait pas pouffe. Et il est très estival.



Côté tenue, comme vous pouvez le constater avec cette photo prise aujourd’hui alors qu’il a été posé mercredi : il n’y a pas un seul accroc. C’est fou, après 5 jours c’est comme si on venait juste de me le poser. Même la brillance est toujours là alors qu’en général, au bout de deux jours, mon vernis devient terne. Ca me turlupine tout ça. Je ne comprends pas cette différence de tenue alors que je fais exactement la même chose qu’une manucure pro : base, deux couches, top coat. Au début, je pensais que c’était parce que j’enchaînais tout mais elles aussi ne laissent pas sécher entre les étapes. La seule différence, c’est que chez moi je reprend mes activités plus vite que quand je suis en institut où on te garde jusqu’à ce que ce soit bien sec et on te pschitte un séchant pour finaliser le processus. Mais j’attend quand même que ce soit sec, alors j’ai du mal à croire que ce petit détail explique cette énorme différence de tenue. Mystère et boules de gomme et ça m’énerve.
Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 12 juin 2010

J'assume, j'assortis mes fringues à mon make-up !

La plupart des filles choisissent leur make-up du jour en fonction des vêtements qu’elles portent ou n'assortissent pas du tout d'ailleurs (ce serait anti-fashion). Moi, c’est le contraire, je choisis mes fringues selon le maquillage que j’ai envie de mettre (et à mon avis je ne suis pas la seule par ici ;)) Donc forcément, quand je fais du shopping, j’ai tendance à craquer pour des vêtements qui se coordonnent avec mes produits préférés. Comme vous pouvez le constater dans mes dernières folies modesques mon côté fashionista est aussi obsessionnelle quand il s’agit du bleu et du turquoise que mon côté beautysta.

Ces dernières semaines, je me suis donc offert des t-shirts bleu klein/bleu électrique pour aller avec ma pléthorique collection de fards à paupières. Tout n’est pas là, certains jouant à cache-cache avec moi. Impossible de mettre la main sur ma palette fétiche, la 5 couleurs Ondine d’YSL. J’enrage. Ces deux petits nouveaux signés Castelbajac (l’amour de ma vie de fashionista) sont allés rejoindre quelques grands frères dans mon placard.

Pour ne pas faire de jaloux, j’ai aussi shoppé un sac turquoise. En entrant dans un magasin Etam, il m’a tapé dans l’œil. Et même si j’étais venue pour une robe spécifique, je n’ai pas pu lui résister. J’ai failli repartir également avec une robe de la même couleur mais elle était abîmée, ouf. D’ailleurs, il faut que je sois forte cette saison parce qu’il y a du turquoise partout. Et si je ne veux pas me mettre mon banquier à dos, il m’est interdit de succomber. J’ai déjà plein d’accessoires et de bijoux de cette couleur, ça suffit !




Mais il n’y en pas eu que pour les yeux. Mes petits petons seront désormais coordonnés à mon rouge à lèvres avec ces ballerines fuchsia Repetto. J’adore, ça met tout de suite de bonne humeur. J’en ai aussi des rouges pour aller avec mon Chanel mais pas de photos car, là encore, impossible de mettre la main dessus ! Je l’ai pourtant porté presque toute la semaine. Tête de linotte je suis, tête de linotte je resterais. Il me le faudrait vraiment ce dressing à produits de beauté, ça m’éviterait de semer mon make-up et mes soins.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 10 juin 2010

Bons Baisers de Russie

Petite note tardive car j’ai repris la vie de bureau pour quelques jours et, pour me détendre de tout ce travail acharné, j’ai pensé : « Et pourquoi pas une petite vodka ? » Bon, je rassure mes fans, pas de syndrome Lindsay Lohan ou Britney Spears ici. J’ai encore tous mes cheveux, heureusement. Je suis juste allée faire un tour à la deuxième édition des Nuits Slaves de Kusmi Tea. Un petit voyage en Russie organisé par la hypissime marque de thé. Pourquoi le choix de ce pays ? Tout simplement parce que la marque est née là-bas, à Saint-Pétersbourg. Au XIXè siècle, elle s’appelait Kousmichoff et fournissait les tsars. C’est seulement après la Révolution Bolchévique que la maison de thé s’installe à Paris puis se rebaptise.


Rendez-vous était donc pris avec ma copine blogueuse/journaliste/trendysta ElodieVeryPetit au Cirque Romanès dans le 17è arrondissement parisien pour une soirée tsigane avec thé, caviar, vodka et hors d’œuvres russes à volonté. Le paradis ! Enfin, surtout pour ma comparse car étant fine bouche je ne bois pas d’alcool et ne goûte pas aux choses venant de la mer. Dommage pour moi parce qu’apparemment c’était délicieux. Sous le chapiteau, on a également eu droit à quelques numéros d’équilibristes. Mais ouf, pas de clowns. Oui, comme à peu près tout le monde je pense, je les trouve très scary.




On a également pu se prendre en photo : moi en veste militaire et couronne de tsar, elle en chapka arborant fièrement le drapeau russe. Un petit pola rigolo en souvenir de cette soirée. Mais toutes les deux épuisées par notre journée de travail harassante, en sueur à cause du temps lourd de merde que nous gratifie la capitale en ce moment et le cheveux mousseux because même s’il fait 40 degrés, il pleut par intermittence (pff, si ça continue je vais moi aussi chanter « j’aime plus Paris »), on a filé en douce avant de pouvoir profiter d’une lecture des lignes de la main par une diseuse de bonne aventure ou d’un massage avec les chic-issime produits Russie Blanche. Je suis quand même repartie avec une crème, je vous en dirais des nouvelles car même si je connaissais la marque, je ne l’avais jamais testé.

Mention spéciale tout de même à la boîte de thé Kusmi Tea Prince Vladimir, trop choute. J’ai prix quelques photos pour vous faire partager l’ambiance très folklorique mais très vite, je me suis laissée emportée par la foule.

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 9 juin 2010

J'ai trouvé THE rouge à lèvres rouge : Chanel, of course !

Le bleu sur les yeux n’est pas ma seule beauty fixette. Je suis une addict de la bouche rouge. Attention, pas les deux en même temps quand même. J’alterne selon mes humeurs, mes vêtements et mon emploi du temps. Certaines occasions méritent du flashy, d’autres du glamour. C’est quand même souvent le bleu qui gagne mais c’est beaucoup parce qu’une belle bouche rouge demande du travail et de l’entretien pendant la journée. Ce qui fait que quand je suis d’humeur paresseuse, donc souvent, je ne passe pas au rouge.

Mais en ce moment, je suis d’humeur. J’ai l’impression que ce maquillage ultra glamour et féminin compense mes trois culs. Je me suis donc dit qu’il était temps de faire mon coming out et de vous présenter mon amour de rouge. Je l’ai depuis trois ans et je l’adooooooooooooore ! De tous les rouges que j’ai essayé, et je peux affirmer que j’ai une belle collection (je vous en parlerais plus tard), c’est celui qui me va le mieux. Je suis très fière de lui d’ailleurs car, hier soir, à la soirée Yves Rocher, il a reçu de nombreux compliments. Cette petite merveille, c’est le Rouge Allure Chanel, teinte Lover. J’adore son nom, il lui va trop bien et puis il symbolise bien le glamour du rouge. Je ne sais pas si vous avez essayé les rouges Allure mais si oui, vous avez certainement succombé à ce concentré de luxe et de féminité.

Ce sont ceux de la pub avec Julie Ordon qui nous rejoue la scène culte du Mépris : « Tu l’aimes ma bouche »… Le packaging est ultra sobre et fidèle aux codes de la marque : noir et or avec le double C gravé sur le cul du rouge. Mais c’est surtout celui qui s’ouvre en cliquant dessus. Trop smart. Mon côté snob est comblé puisque seule les initiées te l’ouvrent en un clic. Les autres le retournent dans tous les sens pour comprendre comment ça marche pendant que toi tu penses : « pfff, nous ne sommes pas du même monde ».



Côté couleur, la teinte est parfaite pour moi. Et comme il n’y a rien de plus difficile que de choisir le rouge qui nous va, je suis happy de l’avoir trouvé. Côté texture, il glisse bien, est hyper confortable et ne dessèche pas les lèvres. Le fini est plutôt brillant pas mais trop quand même. Juste ce qu’il faut. Et surtout, il tient bien au corps. Après avoir mangé, bu à plusieurs reprises et mordillé mes lèvres, la couleur est toujours là. Bien sûr elle n’est pas aussi rouge, d’où la nécessité de retouches, mais ça claque encore. Moi, pour prolonger la tenue, avant de l’appliquer, je fais les contours et je me colorie les lèvres avec le Crayon Lèvres lissant RD305 de Shiseido. Ce n’est pas à 100% la même couleur mais ça passe très bien et il est très agréable à utiliser grâce à une texture crémeuse.

En fait, le seul hic avec les rouges à lèvres rouges, c’est que tu peux t’en mettre potentiellement partout pendant la journée. Donc ça nécessite de nombreux look at notre miroir voir si on en a pas tout autour de la bouche ou sur le nez. Moi, ma spécialité, c’est d’approcher mes mains trop près de mes lèvres, à ce moment là il y a transfert de couleur et quand je retouche quelque chose avec mes mains, je me mets du rouge partout. Le nez, c’est un classique, le menton aussi, mais mon meilleur coup, c’est quand même juste sous l’œil. Mon autre spécialité, c’est de tatouer les vêtements que j’essaye lors de virées shopping. Il faudrait que je shoppe un produit anti-transfert qui ferait adhérer mon rouge à mes lèvres. Je crois qu’il y en a chez MUFE. Quitte à porter un maquillage de femme fatale autant le faire comme une lady et pas virer clown.
PS : je trouve que les photos ne lui rendent pas honneur. merci la luminosité de ce jour de pluie pourri !
Rendez-vous sur Hellocoton !